Nous proposons lors de nos escape games des parcours permettant de voir et mieux connaître une dizaine d'endroits qui ont fait et font l'identité de Montmartre. Ce florilège a été choisi de façon à vous montrer les lieux emblématiques de la Butte (Sacré-Coeur, place du Tertre, Vignes, Maison Rose, Passe-muraille...), mais aussi d'autres beaucoup moins connus mais tout autant dignes d'intérêt, que nous ne nommerons pas ici pour garder entier le suspens de nos jeux. 
Voici une petite sélection hétéroclite d'endroits que nous vous conseillons à Montmartre.  

Le Mur des Je t’aime

Situé dans le square Jehan-Rictus, sur la place des Abbesses en face de l’église, cette œuvre détourne l’image du mur pour appeler à la paix et à l’amour. C’est le la force du lien d’amour qui dépasse toutes les oppositions. Cette très belle réalisation de Frédéric Baron et Claire Kito est composée de 40m2 de carreaux de lave émaillée sur lesquels « Je t’aime » est écrit dans 311 dialectes. Les éclats rouges disséminés sur le mur formeraient un cœur s’ils étaient rassemblés. 

Le moulin le Blute-fin, ici peint par Vincent Van Gogh en 1886

Composant avec le Radet le Moulin de la Galette, le Blute-Fin est situé un peu plus bas, sur la rue Lepic, aux numéros 75-77. Intégré dans une propriété privée, il ne se visite pas. On peut toutefois parfaitement le voir, et c’est assez impressionnant. Son nom vient du verbe « bluter », qui signifie tamiser la farine pour la séparer du son.

Le Musée de Montmartre

Situé au 12 rue Cortot, le musée de Montmartre occupe l’emplacement des anciens appartements d’Auguste Renoir (dans l’aile gauche du musée) – qui y séjourna de 1875 à 1876, avant de s’installer au château des Brouillards –, et, plus tard, de Suzanne Valadon et de son fils Maurice Utrillo. Vous pouvez reconnaître la chambre du peintre montmartrois de l’extérieur, aux barreaux qui sont posés à la fenêtre. La visite du musée est en outre l’occasion de découvrir l’appartement et l’atelier de la mère et du fils, reconstruits à l’identique de ce qu’ils étaient.

Le Placard d’Erik Satie, d'après le tableau de Santiago Rusiñol en 1891

Si vous vous promenez dans cette rue Cortot, vous pouvez jeter un œil au numéro 6. C’est à cette adresse que le compositeur Erik Satie vécut de 1890 à 1898. Autrefois musée (le plus petit du monde), ce « placard », comme l’appelait Satie, ne se visite plus. 

La rue de l'Abreuvoir, dans le prolongement de la rue Cortot

 

Comme le rappelle son nom, la rue de l’Abreuvoir était jadis le chemin qui conduisait les Montmartrois à un réservoir, alimenté par la fontaine du Buc (tous deux aujourd’hui disparus), en contrebas de la Butte, afin d’y abreuver leurs animaux. L’ancien « Chemin de l’Abreuvoir » proposait, jusqu’à la fin du 19ème siècle, un pittoresque spectacle, où artistes, fêtes et bétail se mélangeaient dans une harmonie toute montmartroise.

L’église Saint-Jean

C’est, avec l’église Saint-Pierre, l’une des deux paroisses de Montmartre.  Vous la trouverez en face du métro Abbesses, au numéro 19 de la rue du même nom.

Son architecture, à la fois représentative de l’Art Nouveau et de la recherche et du progrès du début du siècle dernier, est intéressante et sensée. L’architecte, Anatole de Baudot, propose, en refusant de couvrir de matériaux « superflus », le ciment armé et la brique, une architecture nouvelle, en adéquation avec le développement de l’industrie. Cette caractéristique singulière – décriée lors de sa construction - aboutit, associée aux charmes orientalistes de l’Art Nouveau (lignes courbes, céramique bleue) à un ensemble spécial. L’intérieur de l’église mérite, si vous le pouvez, de jeter un coup d’œil au traitement de l’espace et de la lumière.  

Le Moulin Rouge

Symbole de la fête parisienne, ce cabaret mythique, se trouve à Pigalle, au 82 boulevard de Clichy. Le Moulin Rougeest inauguré en 1889, à une époque où la fête bat son plein dans le 18èmearrondissement, qui vient de s’agrandir suite à un décret de Napoléon III.  Le Tout-Paris vient alors y danser la quadrille et le cancan. L’aspect haut en couleur du lieu, la qualité de ses danseurs et le charme extravagant de ses décors offrent à cet établissement un succès qui ne se dément pas depuis 130 ans. 

De nombreuses personnalités, comme Mistinguett, Elton John, Édith Piaf, Jean Gabin, Liza Minelli, Franck Sinatra, Yves Montand ou Charles Aznavour s’y sont produits. 

Enfin, sachez pour l’anecdote que depuis 50 ans, on ne joue plus au Moulin Rougeque des spectacles dont le nom commence par un « F », de peur que ces derniers, s’ils ne s’inscrivent pas dans la continuité du French Cancan qui a donné au cabarets ses lettres de noblesses, se solde par des échecs ! 

La Halle Saint Pierre

Témoignage de l’architecture de style Baltard, la Halle Saint  Pierre se trouve en contre bas du Sacré-Cœur, au 2 rue Ronsard, face au square Louise Michel. Musée, elle promeut les arts naïf, brut et contemporain. Vous y trouverez également une librairie, un auditorium et un café.

Le cimetière de Montmartre

Inauguré en 1825, sur l'emplacement des anciennes carrières de Montmartre, il est le troisième plus grand cimetière de Paris (ex aequo avec celui des Batignolles).Il se trouve au 20 avenue Rachel, sous le pont Caulaincourt. De très nombreuses personnalités y reposent : André- Marie Ampère, les frères Goncourt, Hector Berlioz, Stendhal, Jacques Offenbach, Émile Zola, plus récemment, Dalida, François Truffaut, Jeanne Moreau…

L'avenue Junot

 

Reliant la rue Caulaincourt à la place Marcel Aymé, la cossue avenue Junot est construite à l’emplacement du délétère Maquis, habité par la bohème d’une autre époque. 

Si vous souhaitez vous y promener, sachez qu’elle abrite les maisons de Francisque Poulbot et de Tristan Tzara. Respectivement aux numéros 13 et 15, les deux maisons sont mitoyennes. Vous reconnaîtrez celle du dessinateur à sa mosaïque mettant en scène les enfants de Montmartre. Celle du chef de file du dadaïsme est, quant à elle, particulièrement intéressante pour avoir été construite par Adolph Loos, dont c’est la seule réalisation en France. L’architecte autrichien dénonce, en plein Art Nouveau, ses ornements, et propose une architecture reposant sur la fonctionnalité, qui annonce notamment celle du Corbusier.

La Villa Léandre

Vous pouvez également jeter un œil à la Villa Léandre, une petite impasse sinueuse qui rappelle une esthétique anglaise, perpendiculaire à l’avenue Junot.   

Cette petite rue fut la planque de plusieurs résistants lors de la Seconde Guerre Mondiale. 

  • Instagram - Black Circle
  • Facebook - Black Circle
  • TripAdvisor - Black Circle

©2019 par Le Libre promeneur